Jour 4 : Le Danemark

Jour 4 : Le Danemark



Jusqu’à notre retour à Saint André, nous ne ferons plus qu’un vol par jour. En ce quatrième jour d’expédition nordique, ce sera une escale dans la capitale danoise : Copenhague. Seulement 1h30 de vol en longeant la côte suédoise.

Départ Göteborg

Nous quittons l’hôtel à Göteborg à 8h30. C’est tard par rapport aux 3 jours précédents. Nous ne sommes pas pressés puisque l’étape du jour est courte et la météo excellente. C’est à 10h15 que nous quittons le sol suédois, en mettant cap vers le sud.

Port de Göteborg

Nous contournons Göteborg par la mer et longeons le trait de côte. Le vol est assez calme. Nous croisons peu de trafic et n’entendons que de rares échanges radio. Nous pourrions d’ailleurs nous questionner quant au bon fonctionnement de la radio, mais elle fonctionne correctement. De toute manière, en cas de panne de celle-ci, nous avons une radio portable prêtée par un membre du club. Merci Gilles 😉 , Le vol et l’enchainement des changements de fréquence se déroulent parfaitement bien. Nous survolons des endroits remarquables comme Varberg et sa forteresse, Halmstad, son port, sa plage et sa « 100LL ». Il faut dire que dans le nord, peu de terrains disposent de ce type d’essence dont notre avion a besoin et nous sommes bien content de retrouver dans le sud davantage de possibilités pour faire le plein.

La frontière danoise passée, le terrain de Copenhague Roskilde (EKRK) nous apparait droit devant. L’approche est simple : c’est une « directe », avec un peu de vent de travers à prévoir à l’atterrissage. D’ailleurs depuis le début, à part Calais, toute les approches sont simples. Les cartes VAC (Visual Approch Chart) indiquent par quels points entrer dans la CTR (zone contrôlée) mais ensuite il n’y a pas de consignes particulières, comme un circuit imposé. La hauteur du tour de piste est standard : 1000 ft sol. Tout le reste, c’est le contrôleur qui nous le communique au moment venu.

L’aéroport de Roskilde est assez grand. Il mêle trafic VFR et jets privés. Notre DR400 semble bien petit et frêle parmi ses copains à réaction. Nous sommes stationnés en face du terminal, auquel nous nous rendons pour payer la redevance d’atterrissage.

L’accueil est chaleureux et simple. L’occasion pour nous d’être une nouvelle fois surpris par la gentillesse de nos interlocuteurs nordiques, Calais compris. Après avoir demandé à la personne en fonction comment nous rendre à Copenhague, nous accédons à la partie publique de l’aérogare pour y déjeuner à un buffet dont la plupart des clients fait partie du personnel aéroportuaire. Et là surprise, voilà notre interlocuteur de tout à l’heure qui vient vers nous pour nous dire que notre taxi est arrivé. Pour nous aider, il avait pris l’initiative d’en commander un. Seconde surprise, c’est quand nous lui disons merci mais que nous n’avons pas fini de manger et que ça réponse « Ok, pas de soucis, je l’annule » et ceci avec le sourire, sans aucun agacement.

Après avoir déjeunés, nous reprenons notre route vers Copenhague. Taxi jusqu’à Roskilde, puis train.  Beaucoup de perturbations sur le réseau ferroviaire. Notre train a dû retard. Nous profitons de cela pour réserver une chambre dans un hôtel près de la gare. C’est parfait. Le reste de l’après-midi, nous marchons à travers la vieille ville de Copenhague, les quais, le quartier de NyHavn et …. la petite sirène, qui entre nous est assez décevante. Le soir, nous dînons dans un restaurant-librairie, ambiance sympa au milieu de vieux bouquins.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.